raspberry installer un système

Publié le par duteil

  Ce tutoriel est comme un aide-mémoire personnel que je vais partager pour celles et ceux qui ont envie de se lancer dans l'aventure Raspberry Pi et qui ne sont pas forcément à l'aise avec un environnement Linux et/ou qui viennent de l'univers à part de Windows. Bien que je travaille sous Ubuntu et Debian (de brefs essais avec Gentoo) depuis bientôt 10 ans, j'avoue que j'hérite encore de mes débuts en informatiques sous Windows et je reste plus ou moins soumis au travail en mode graphique, ce qui ne sera pas le cas ici. Pour mémoire, à l'origine le Raspberry Pi a été conçu pour être très peu cher et accessible aux étudiants en informatique pour connaître l'environnement Linux et aider à la programmation (notamment en Python). 

Au programme :

  • préparer la carte SD pour accueillir Rasbian
  • mise en route du RPi (Raspberry Pi)
  • écran d'amorçage
  • premier démarrage
  • Paramétrage du serveur SSH
  • configuration de l'affichage (s'il n'est pas adapté à l'écran)

Récupération de Raspbian

Si vous n'avez pas acheté la carte SD proposée chez farnell.com avec Raspbian pré-installé, Je vous conseille une carte SDHC 8Go de classe 4.

On va commencer par télécharger l'image la plus récente de Raspbian à partir du site officiel de Raspberry Pi, ici ce sera la 2012-09-18-wheezy-raspbian.

Décompresser l'archive zip téléchargé.

Préparation de la carte SD pour accueillir Rasbian

  • Sous Windows (je n'ai pas testé cette méthode) :

Il existe un utilitaire proposé sur le site raspberrypi.org. Télécharger et installer Win32DiskImager.

Connecter votre carte SD dans un lecteur de carte approprié puis,  dans le poste de travail récupérer la lettre du lecteur correspondant à la carte SD que vous venez d'insérer.

Faire un clique droit sur l’icône Win32DiskImager.exe et choisissez "Exécuter en tant qu'administrateur".

Parcourir l'ordinateur jusqu'à l'emplacement du fichier : 2012-09-18-wheezy-raspbian.img et enregistrer.

Vérifier que dans Device la lettre du lecteur trouvée dans le poste de travail (J: par exemple) puis cliquer sur  "Write" pour permettre l'écriture.

Pour finir, cliquer sur  "Yes" et patienter le temps de l'écriture sur votre carte SD.

  • Sous MacOS et Linux :

Connecter la carte SD au lecteur puis dans le terminal, tapez :

 df -h 

Ce qui affichera ceci :

Chercher la ligne correspondant à votre carte mémoire (la ligne avec la valeur qui se rapproche le plus de votre carte SD, ici 7.4Go pour une carte de 8Go).

Ici, la carte SD porte le nom de "sdf" (ne pas confondre avec sdf1, sdf2 ... qui représente les partitions de la carte SD). Il faut démonter le disque "sdf" :

 umount /dev/sdf 

Copier l'image sur la carte mémoire avec la commande dd.

Toutes les données sur la carte SD vont être supprimées.
Pensez à sauvegarder toutes vos données personnelles.

Pour MacOS :

 dd bs=1m if=/emplacement/de/l'image/2012-07-15-wheezy-raspbian.img of=/dev/sdf 

Pour Linux :

 sudo dd bs=1M if=/home/utilisateur/emplacement/de/l'image/2012-09-18-wheezy-raspbian.img of=/dev/sdf 

Une fois terminé, il s'affichera quelque chose comme ça :

 1850+0 enregistrements lus 1850+0 enregistrements écrits 1939865600 octets (1,9 GB) copiés, 274,736 s, 7,1 MB/s 
  • Sous Linux en mode graphique :

Il existe sous Linux et plus particulièrement sous Debian/Ubuntu : ImageWriter (disponible dans les dépôts Ubuntu 12.04)

 sudo apt-get install imagewriter 

Lancer ImageWriter, Charger la source de l'image, et le disque cible (toujours /dev/sdf dans cet exemple)

Voilà, la carte SD est prête à utilisation.

  • Modification des partitions si nécessaire :

Il arrive (souvent) que le partitionnement fait par l'une ou l'autre méthode MacOS ou Linux (je ne sais pas ce qu'il en est pour la méthode Windows) ne soit pas optimal. Lors de préparation de la carte SD et de l'installation Raspbian, la carte SD est partitionnée en deux :

  •  
    • une première sdf1 contenant l'amorçage de Raspbian (en FAT16 fait 59 MB)
    • une seconde  sdf2 (en ext4) contenant le système de fichiers Raspbian de 1.9 GB

C'est la taille de la partition sdf2 que l'on modifier avec Gparted car environ 5 MB d'espace n'ont pas été alloués.

Pour cela, lancer Gparted,

  •  
    • lancer Gparted
    • sélectionner la carte SD, chez moi : /dev/sdf
    • démonter /dev/sdf2 (en ext4 qui correspond à 1.75 Gio
    • sélectionner "Redimensionner/Déplacer" la partition /dev/sdf2 et appliquer les changements

Gparted ne fonctionne qu'en mode administrateur,  il faut bien vérifier que vous modifiez bien le bon périphérique de stockage en haut à droite (/dev/sdf).

Si  vous ne vous sentez pas de faire cette modification, au premier démarrage de votre RPi un écran de configuration vous le proposera.

Mise en route du RPi

Maintenant que la carte SD est prête à l'emploi, on l'insère dans le RPi, on raccorde les périphériques (la prise RJ45 pour le réseau, hub usb -clavier, souris-, la sortie graphique HDMI). Le démarrage se fait en alimentant le RPi en mini-usb. C'est le grand moment !

Vidéo résumant les différentes étapes lors de la première utilisation :

  • Premier démarrage

Le RPi démarre, une liste défilante de processus s'affiche et un panneau de configuration s'affiche.

Pour naviguer dans ce panneau, utiliser les touches "flèches haut/bas" du clavier, "barre espace" pour sélectionner, "Tab" pour se déplacer vers "ok", "sélectionner", "Terminer"... et la touche "Entrée" pour valider.

  •  
    • info (information concernant cet outil)
    • expand_rootfs (Étendre la partition racine pour remplir la carte SD) : option à utiliser si la carte SD n'a pas été repartitionnée avec Gparted.
    • overscan (changer overscan, adaptation de l'affichage) : je n'ai pas testé cette option.
    • configure_keyboard (disposition du clavier, à changer pour mettre le clavier en fr) : essentiel pour avoir son clavier en frnaçais AZERTY, sélectionner le modèle du clavier, la disposition du clavier ("other", "French", "French-alternative", laisser le reste par défaut).
    • change_pass (changer le mot de passe par défaut "raspberry" de l'utilisateur "pi") : incontournable. Le RPi est configuré par défaut avec un user "pi" et un mot de passe "raspberry". Pour des raisons de sécurité il est IMPÉRATIF de changer le mot de passe.
    • change_locale (langue de l'environnement local) : langage, pays, caractère des lettres, ordre de classement. Choisir "fr_FR .UTF-8 UTF-8" ("fr_FR@euro ISO-8859-15" n'est pas reconnu chez moi), sélectionner "fr_FR .UTF-8 UTF-8" et valider.
    • change_timezone (établir l'heure locale de Raspbian, fuseau horaire, heure, date) : sélectionner la zone géographique dans laquelle on se trouve "Europe", "Paris" et valider.
    • memory_split (définir le partage de la mémoire vive entre CPU et GPU) : choisir en fonction de l'utilisation du RPi.

  •  
    • overclock (configuration de l'option pour overclocker le RPi) : choisir en fonction de l'utilisation du RPi. Ne pas hésiter à contrôler la température du CPU, il existe des outils. J'ai sélectionné overclock medium, il faut tester.

  •  
    • ssh (activer ou désactiver le serveur ssh) : Si comme moi vous avez collé un clavier tout pourri à votre RPi, ssh vous permettra de prendre la main sur le RPi via console (sous Linux et MacOS) ou PuTTY sous Windows.
    • boot_behaviour (comportement au démarrage) : ici on peut choisir entre booter au prompt (invite de commande) et taper manuellement "startx" pour lancer Raspbian en mode graphique, ou, booter directement en mode graphique.
    • update : permet de mettre à niveau "raspi-config" (ce panneau de configuration). À faire...

Une fois que vous avez paramétré votre Raspbian, reboot votre machine : au prompt, taper : "sudo shutdown -r now" ou "sudo reboot".

  • Second "premier" démarrage de votre RPi

Le RPi va lancer successivement tous les services et modules, le chargement de Raspbian se fait en 40 secondes chrono pour attendre le mode graphique, c'est rapide une framboise.

Paramétrages supplémentaires

Maintenant qu'on a commencé à explorer Raspbian, il est bon, pour aller plus loin, de paramétrer SSH, vérifier l'affichage (et éventuellement le reparamétrer) et vérifier le bon fonctionnement de la carte son.

  • Paramétrer SSH

Ouvrir la console et :

 sudo bash ssh-keygen # valider 3 fois ls /root/.ssh/ service ssh start 

Le serveur SSH est maintenant fonctionnel. Il faut récupérer l'adresse IP locale du RPi (chez moi le RPi est en 192.168.1.49 :

 ifconfig 

Sur votre PC, en console ou avec PuTTY taper et suivre les instruction :

 ssh pi@192.168.1.49 

L'accès au RPi est désormais permis à distance.

  • Connaître la résolution d'écran actuelle et éventuel paramétrage
 /opt/vc/bin/tvservice -s 

state: HPD high|HDMI mode|HDCP off|composite off (0x12001a), 1920x1080 @ 60Hz, progressive

L'affichage est en 1920x1080 mais si l'affichage ne remplit pas l'écran en entier:

NAno : "Ctrl+o" pour enregistrer les changements, "Entrée" pour valider, "Ctrl+q" pour quitter nano
 sudo nano /boot/config.txt 

Il faut ajouter ou dé-commenter et modifier les lignes suivantes

 overscan_left=-40 overscan_right=-40 overscan_top=-40 overscan_bottom=-40 

Puis redémarrer le RPi

 sudo shutdown -r now # ou sudo reboot 
  • Vérifier le bon fonctionnement de la carte son
 cat /proc/asound/cards 0 [ALSA ]: BRCM bcm2835 ALSbcm2835 ALSA - bcm2835 ALSA bcm2835 ALSA 

Si les pilotes ne sont pas installés :

 sudo apt-get install alsa-utils 

Utilisez la commande lsmod pour vérifier si un module audio est chargé :

 lsmod | grep snd snd_bcm2835 19889 1 snd_pcm 74834 1 snd_bcm2835 snd_seq 52536 0 snd_timer 19698 2 snd_seq,snd_pcm snd_seq_device 6300 1 snd_seq snd 52489 7 snd_seq_device,snd_timer,snd_seq,snd_pcm,snd_bcm2835 snd_page_alloc 4951 1 snd_pcm 

Si rien ne s'affiche c'est que le module audio n'est pas chargé en mémoire, pour charger le pilote audio (driver) snd_bcm2835, on va utiliser la commande modprobe:

 sudo modprobe snd_bcm2835 

Nota : chez moi, le fonctionnement de la carte son était ok mais je n'avais pas de son à la lecture d'un mp3. Il semblerait que la sortie son se fait par défaut par HDMI, j'utilise le moniteur de mon PC qui n'a pas d'enceintes. Donc il faut taper :

Pour une sortie jack :

 sudo amixer cset numid=3 1 

Pour une sortie HDMI :

 sudo amixer cset numid=3 2 

Voilà, Raspbian est prêt à l'emploi, je vous laisse maintenant découvrir votre nouveau mano-micro-ordinateur à la saveur de framboise ;)

Rappel de quelques commandes utiles à garder sous la main (surtout en tête) et liens utiles

 # Démarrer le serveur X startx # Accéder au panneau de contrôle Raspbian sudo raspi-config # Changer les paramètres de l'affichage graphique (commenter, dé-commenter ou modifier les 4 lignes -- "Ctrl+o" pour enregistrer les changements, "Entrée" pour valider, "Ctrl+q" pour quitter nano) sudo nano /boot/config.txt overscan_left=-40 overscan_right=-40 overscan_top=-40 overscan_bottom=-40 # Changer la sortie audio sudo amixer cset numid=3 1 #sortie jack sudo amixer cset numid=3 2 #sortie HDMI # Redémarrer le RPi sudo shutdown -r now ou sudo reboot # Arrêter le RPi sudo shutdown -h now ou sudo halt # Connaître la température du CPU /opt/vc/bin/vcgencmd measure_temp # Lire une vidéo avec OMXPlayer omxplayer /emplacement/vers/la/vidéo # Recherche de programme sudo apt-cache search nom_du_programme # Installation de programme sudo apt-get install nom_du_programme # Liste non exhaustive ... 

Quelques liens qui peuvent servir :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Raspberry_Pi

http://www.raspberrypi.org

http://www.tropfacile.net/doku.php/raspberry-pi/preparer-carte-sd

http://www.octetmalin.net/linux/tutoriels/raspberry-pi.php

http://doc.ubuntu-fr.org/apt-get (toutes les commandes apt-get)

http://www.linuxpedia.fr/doku.php/nano (utilisation de l'éditeur NAno)

http://elinux.org/RPi_config.txt (en anglais, configuration avancée de Raspbian)

http://www.raspberrypi.org/phpBB3/index.php (le forum raspberry.org)

http://www.raspberrypi.org/phpBB3/viewtopic.php?f=63&t=13328 (contrôler OMXPlayer)

Mes impressions concernant le Raspberry Pi et Raspbian

 Après 48 heures avec ce nouveau mat&riel, je dois avoué que je suis enchanté. J'ai été surpris par la vitesse de démarrage (40 secondes). Je dois reconnaître que lorsqu'on passe d'un PC au RPi, on a tout de suite l'impression que "ça rame" mais finalement le RPi doit avoir des performances similaires au PC que j'avais en 1998 (un Pentium 2 pas loin du Ghz avec 512 Mo de RAM), en moins volumineux et moins bruyant. Il faut se rappeler à ces moment là que le RPi avait été créé pour une utilisation en ligne de commande, l'interface graphique n'est là que pour montrer un affichage simple.

Le RPi est un très bon outil pour appréhender un système Linux, comprendre comment fonctionne ce type d'OS, et bidouiller en ligne de commande. Dans un avenir plus ou moins proche, je me servirai du RPi sous Raspbian pour gérer ma station météo et les données via open2300. Raspbian est trop lourd pour mettre en place un serveur multimédia, je vais donc tester OpenELEC et Raspbmc pour cet usage.

Cela tombe bien, aujourd'hui, il fait froid et la neige n'est pas loin, donc je vais commencer à explorer de nouveaux champs de framboises. :)

Mise à jour du 29 octobre 2012 : comment installer un Média Center à la maison : Xbian 0.8.3 sur Raspberry Pi piloté avec XBMC Remote.

Mise à jour du 31 octobre 2012 : vient de sortir une nouvelle image Raspbian pour prise en charge de partitionnement de la mémoire entre CPU et GPU. Une nouvelle mise à jour de l'image de carte SD est disponible pour Raspberry Pi qui prend en charge le partitionnement de la mémoire entre CPU et GPU. Cela signifie que si vous avez besoin de plus de RAM, vous pouvez le faire en éditant un unique fichier de configuration. En outre, si vous avez besoin d'un peu de mémoire graphique pour l'exécution de certains jeux, vous pouvez simplement modifier et augmenter la mémoire. Cette image est uniquement disponible pour les nouveaux modèles avec 512 Mo de RAM. Espérons que les anciens modèles obtiendrez une mise à jour bientôt. L'image de la carte SD est basée sur Debian Wheezy.

Publié dans informatique

Commenter cet article